Comment aider les victimes des sectes

“Désormais vous êtes informé de la vérité et vous savez quelle sort Jéhovah réserve à ceux qui la refusent”.

 Tant que la capacité de réflexion et la liberté de conscience ne sont pas encore endommagées, il est encore temps d’inviter la personne concernée à s’informer objectivement et à réfléchir aux conséquences de son avancée avec les T.J.

Pour plus de clarté avec elle-même, aidez-la à faire l’inventaire des motivations qui l’attirent chez les T.J.

 Proposez-lui de prendre un peu de recul pour réaliser une petite enquête personnelle. Pour cela mettez à sa disposition une documentation suffisante (1) et encouragez la à se poser certaines questions :

  • Pour que mon choix soit un véritable choix :

    ai-je cherché pour comparaison d’autres lieux où je pourrais aussi trouver ce qui m’intéresse chez les T.J. (une réponse à mes questions, mes besoins, mes aspirations) ?

    suis-je informé de

  • l’origine de cette Organisation (les T.J. la passent habilement sous silence) ?
  • la manière dont s’est élaborée cette doctrine (ils le savent très mal eux-mêmes) ?
  • l’accusation portée contre les T.J. de tromper leurs recrues potentielles en leur cachant leur vrai visage sous des masques séducteurs (ils n’y voient aucun mal car pour eux la fin justifie les moyens) ?
  • des obligations qu’ils m’imposeront si je m’engage avec eux, mais qu’ils me taisent (ou qu’ils nient) pour le moment :
    • Impératif de 5 heures de réunion par semaine, plus les heures de porte-à-porte, associées à l’exigence d’un rendement maximum en matière de revues distribuées et de personnes recrutées.
    • Impératif de se tenir à l’écart de toute personne opposée aux T.J. (même dans sa propre famille), de ne pas entretenir d’amitié sérieuse à l’extérieur de l’Organisation et de ne pas épouser une personne non T.J.
    • Impératif de préférer la mort pour soi-même et pour ses enfants à une transfusion sanguine.

Quelle garantie ai-je ?

  • que leur gentillesse à mon égard est bien sincère et non calculée ? S’ils sont si attentionnés, est-ce gratuitement ou pour m’appâter ?
  • qu’ils respectent ma liberté ? pourquoi me déconseillent-ils si énergiquement de m’informer à d’autres sources sur eux ? est-ce normal de ne pas être vraiment libre de revenir en arrière ? leur menace de la punition de Dieu si je les quitte, n’est ce pas une pression morale ? pourquoi le thème de l’angoisse et de la culpabilité revient si souvent dans leur enseignement ? est-on libre de soi dans la peur ?
  • que leur enseignement est fiable ?
  • qu’ils respectent la parole de Dieu ? Pourquoi l’Amour de Dieu est-il si peu évoqué dans leurs publications ? Pourquoi certains versets fondamentaux sont-ils changés dans leur Bible et contestés par tous les spécialiste de grec ?

Il s’agit pour vous d’alerter votre ami ou votre proche sur le risque encouru, sans l’effrayer. Ne comptez pas sur quelqu’un d’autre de l’entourage pour faire cette mise en garde. N’hésitez pas à lire avec lui certains passages des publications des T.J. pour en faire ensemble l’analyse.

Donnez-lui les moyens de l’information et laissez le répondre personnellement aux différentes questions, après lui avoir indiqué clairement et sans ambiguïté votre point de vue.

Ne mettez jamais en cause les T.J. qui visitent votre ami ; ils sont effectivement de bonne foi.

Proposez-lui de l’introduire dans divers milieux chrétiens chaleureux et accueillants, vivant une spiritualité authentique.

Assurez-le que s’il décide de faire confiance aux T.J. vous respecterez son choix, vous vous n’y opposerez pas, vous lui conserverez toute votre affection et votre porte lui sera toujours ouverte, mais qu’en aucun cas vous ne pourrez approuver son engagement.

Entourez-le. La personne sera d’autant plus réceptive aux sollicitations des T.J. qu’elle sera seule et vulnérable. Faites vous aider, demandez conseil.

Sachez que les T.J. sont très tenaces, et qu’ils reviendront à la charge avec beaucoup d’habileté, même si la personne leur a clairement exprimé son refus.

Celle-ci ne pourra maintenir sa position face à leurs pressions, que si elle a trouvé un point d’appui solide qui soit une réponse à sa quête de Dieu et à son besoin de relations fraternelles.

 

2ème cas de figure : La personne est déjà engagée

Amour, patience

Le jour où il “prend le baptême”, le nouveau Témoin renonce à “ce monde mauvais” et voue sa vie à Jéhovah, c’est-à-dire aux intérêts de “son Organisation”. Il a déjà pris l’habitude de voir le monde et la société en dualité : d’une part “sa vraie famille” (ceux qui sont “dans la vérité”) et d’autre part ceux qui risquent de l’en détourner car ils sont encore “sous la domination de Satan”. Ils seront prochainement “exterminés par Jéhovah”.

Pour lui, l’enjeu est à la mesure du risque encouru. Il se doit de se méfier de toute personne extérieure à l’Organisation et d’attirer avec lui ceux qu’il aime au sein du seul refuge possible.Pour l’entourage, il est donc trop tard pour le ramener à la raison. Surtout ne déclenchez pas une guerre de religions. Une telle attitude ne ferait que le renforcer dans ses convictions et provoquerait sa méfiance et même son refus de toute relation avec vous.Or il est précisément essentiel de sauvegarder et d’entretenir la relation avec lui. Il y trouvera un espace privilégié où il sera accueilli pour lui même, où il pourra se détendre sans avoir à défendre encore ses idées.

 Cela ne pourra se faire que si vous garder une neutralité complète sur son choix de vie. Refusez toute discussion sur la religion. Indiquez-lui que vous respectez entièrement son choix et que vous attendez qu’il fasse de même pour le votre. Tout au plus, si l’occasion s’y prête, indiquez-lui pourquoi votre conscience et la Parole de Dieu vous interdisent de le rejoindre. Ne développez pas ; d’autres moins proches pourront peut-être le faire.

Si vous habitez sous le même toit

Malgré de nombreux et douloureux tiraillements difficiles à gérer, l’unité de la famille n’est pas impossible à préserver. Elle suppose un surcroît d’amour et d’espérance en l’autre. Des précautions importantes vous aideront à maintenir un équilibre.

  • Informez-vous sérieusement sur l’Organisation des T.J.
  • Tenez ferme dans votre position de ne pas les rejoindre. A chaque sollicitation, justifiez calmement votre refus, en indiquant ce qui motive votre conviction que ni l’origine de l’Organisation, ni sa doctrine, ni les procédés utilisés ne sont inspirés par Dieu. Ne cédez pas à la pression. Votre proche aura besoin d’avoir près de lui quelqu’un qui ne soit pas sous l’emprise des T.J., avec qui il sera libre d’être lui-même et d’exprimer ses faiblesses et ses limites sans craindre de reproches.
  • Allez aussi loin que vous pourrez dans la tolérance et le respect du choix de votre proche. Essayez de lui faciliter au maximum ses obligations car il ne peut ni ne veut y échapper. Si vous tentiez de vous y opposer, “ses frères” T.J. se feraient un devoir de le braquer contre vous.
  • Ne formulez jamais d’attaque directe contre les T.J., ce qui vous mettrait sur la touche dans son esprit. Ne tentez pas de lui faire comprendre ce qu’il n’est pas prêt à entendre. Procédez avec tact et psychologie. Restez à l’écoute, essayez de le comprendre, de sentir où il en est. Lorsque vous percevez une ouverture chez lui, soyez capable de répondre point par point à ses arguments, calmement et sans chercher à imposer votre point de vue.
  • Tentez plutôt de déclencher un questionnement personnel chez lui. Stimulez sa réflexion ; posez-lui des questions qui font appel à son jugement (sinon il perdrait totalement l’habitude de l’exercer).
  • Surtout, encouragez-le à vérifier ce qu’on lui dit car c’est le conseil donné par l’Ecriture : 2Cor 13 (5) ; Act. 17 (11) : 1Th 5 (21).
  • Vous pouvez lui indiquer votre conviction qu’il fait fausse route, et l’assurer que si vous respectez son choix du moment, vous gardez confiance qu’il continuera de vraiment chercher.
  • Des aspects importants de votre vie de famille seront des occasions de conflits graves : l’éducation des enfants, la disponibilité, les fêtes et anniversaires… Il n’y a pas de solutions unique pour gérer ces conflits. Des compromis seront nécessaires de part et d’autre. Là aussi il vous faudra faire preuve de fermeté et de tact. Cet écartèlement permanent sera source de souffrance pour chacun. Mais votre vigilance pourra sauver la relation avec celui que vous aimez.
  • Si vous êtes chrétien, approfondissez votre foi, lisez, formez-vous, sans provocation vis à vis de votre proche T.J., mais sans complexe. Vous y puiserez des ressources précieuses pour vivre votre épreuve. Demandez la grâce de Dieu pour vous éclairer et vous guider.
  • Ne restez pas seul. Demandez conseil, si possible à des personnes dans la même situation. Faites vous porter dans la prière des autres.
  • Gardez confiance en Dieu, qui Lui, peut éclairer votre proche. Croyez que rien n’est jamais définitif. Même après de longues années il est toujours possible qu’un jour il ouvre les yeux. A ce moment-là encore, votre présence et votre rôle seront déterminants.

 Accompagner un ancien Témoin de Jéhovah

 Le T.J. qui quitte l’Organisation est une personne très blessée. Ceux qui se proposent de l’entourer et de l’accompagner seront d’un précieux secours pour elle. Mais pour adapter leur aide aux besoins réels de cette personne, il leur faudra prendre la mesure de cette rupture, comprendre ce qui l’a provoquée et saisir les enjeux du défi à relever.

Photo prise sur Watchteaser

1 - Pourquoi est-il sorti ?

C’est un événement déclencheur qui provoque la démarche du départ volontaire d’un Témoin : un incident relationnel majeur au sein de l’Organisation, l’accès à une information surprenante sur la Société des T.J., la découverte d’un passage biblique qui remet en cause l’essentiel de la doctrine, l’influence d’une personne extérieure (1).

Mais cette étincelle n’a pu être déterminante que sur un terrain déjà vulnérabilisé. Le Témoin souffrait (parfois depuis longtemps) d’un déséquilibre entre le poids de l’activité jéhoviste et celui de l’espoir d’accéder au royaume terrestre ; soit que le premier soit devenu insupportable soit que la baudruche du second se soit quelque peu dégonflée.

Si la balance penchait du côté négatif, c’est qu’un lourd crédit de déceptions s’était accumulé : épuisement (difficulté croissante du porte-à-porte et pression des exigences de rendement) vexations, conflits, rivalités, frustrations, doutes (il ne supportait plus le silence et les réponses stéréotypées des responsables sur certains points discutables de la doctrine), mensonges qu’il n’acceptait plus.

C’est toujours à l’issue d’un long et douloureux combat intérieur que le Témoin prend la décision de son départ. Il a affronté les reproches, les pressions et les menaces (d’extermination divine) de tous ses anciens « frères » mais il est resté maître de sa décision.

Le plus dur reste maintenant à faire pour lui : apprendre à vivre autrement.

2 – Bilan à la sortie

D’une personne à l’autre les caractéristiques du bilan sont très semblables, tant étaient uniformément planifiés les mécanismes de leur existence. L’ancien T.J. ressent autant le soulagement de la contrainte qui l’oppressait que le déchirement de perdre un climat sécurisant et englobant. C’est à un véritable déracinement culturel qu’il aura à faire face.

A son départ, il se retrouve :

  • Isolé. Il avait pris des distances avec tous ses anciens amis non Témoins de Jéhovah. Aujourd’hui, après son exclusion, tous les T.J. qu’il a connus ont reçu la consigne de cesser toute relation avec lui, consigne qui sera scrupuleusement respectée. Les membres de sa famille devront limiter la relation aux aspects strictement indispensables. Il se retrouvera donc complètement seul.
  • Meurtri. Il est déchiré par la séparation de ceux qu’il aimait. Il a renoncé à leur affection et surtout à leur estime. Il a à faire le deuil de toutes ces amitiés devenues interdites. Il souffre beaucoup de toutes ces ruptures affectives ; c’est un écorché vif. 

    Culpabilisé. A sa sortie, il n’a pas le recul nécessaire pour remettre en cause les certitudes enseignées qui demeurent les piliers de son raisonnement. A ses yeux il est un mauvais Témoin, banni par Dieu. Pour tous ses amis “restés dans la vérité”, il est “mort spirituellement”, et lui-même il se déclare coupable. Ceci restera longtemps une évidence incontournable pour lui. Il a honte et ne se donne plus le droit d’exister. La tentation du suicide est parfois bien difficile à surmonter.

  • Angoissé. En permanence, il redoute la punition de Jéhovah contre lui. La société a laquelle il est livré sans protection lui apparaît encore “pleine de vices et de corruption”. Le danger peut venir de partout. Il doit être sans cesse sur ses gardes. Il est méfiant et plein d’amertume (surtout dans le cas des exclus).
  • Conditionné. Pendant longtemps, il gardera les séquelles d’une surveillance intérieure. Les mécanismes de sa conscience resteront actifs encore très longtemps. Le Témoin qui sommeille en lui, lui reprochera telle démarche, tel raisonnement, telle rencontre qualifiés de pièges sataniques. Il lui sera très difficile de se libérer de cette attache intérieure.
  • Désorienté. Privé de repères, il dérive sans savoir comment s’orienter. Auparavant, tout était cadré, codifié, déterminé dans sa vie. Il avait une responsabilité, une mission à accomplir, ingrate certes mais exaltante : sauver les hommes. Aujourd’hui il n’est plus utile à rien. Il ne sait plus que faire de sa vie vide d’action, vide de sens.

A la sortie, l’ancien Témoin se trouve donc très fragilisé. Pour lui, tout est incertain, dangereux, douloureux. La vie jéhoviste était répétitive, et excluait toute initiative. Or il s’agit maintenant pour lui de reprendre la route, de réinventer son existence. Il n’en a ni les moyens, ni la force, il n’a plus de goût pour rien.

Son désarroi est tel que souvent, la tentation est grande de réintégrer l’Organisation et retrouver ses anciens amis, même si la confiance n’existe plus. Ce retour n’est pas rare ; après une repentance publique et une mise en quarantaine de plusieurs mois il sera autorisé à reprendre ses activités jéhoviste.

Il ne pourra donc refaire surface qu’en s’appuyant sur l’affection et les conseils avisés d’amis sincères.

3 – Les défis à relever

  • en urgence l’ancien Témoin a besoin 
    • d’être entouré. Dès qu’il aura exprimé ouvertement son désir de rupture, il sera visité (et parfois harcelé) par ses “frères dans la vérité” qui auront pour mission de ramener la brebis au bercail. Quand plus tard, il recevra la notification de son exclusion “pour apostasie”, ses anciens amis n’auront même plus le droit de le saluer dans la rue (compromis avec l’apostasie).

      Dans les deux cas, il ne tiendra le coup que s’il est solidement entouré. Or il avait fait le vide autour de lui. C’est souvent vers sa famille que, naturellement, il se tournera. Cette démarche lui demandera beaucoup d’humilité car il l’avait volontairement écartée. Il aura besoin qu’une main se tende pour l’aider à renouer les anciennes relations familiales. Il est important qu’il rencontre un accueil inconditionnel. Les siens devront renoncer aux reproches et accepter de tourner la page avec beaucoup d’amour.

    • de se reposer. Pendant des années le cerveau du T.J. a fonctionné sans arrêt pour acquérir la connaissance salvatrice. Il passait le reste de son temps à obéir à cette connaissance, à vérifier si son comportement y était adéquat, et à l’annoncer. Il était constamment sous pression pour faire mieux. Il a maintenant besoin de souffler, de se dé-stresser.

      Aidez-le à accepter le droit d’être fatigué, de se détendre, sans en être culpabilisé.

    • Dès qu’il le pourra, l’ancien Témoin devra se repositionner personnellement et solidement par rapport à la doctrine jéhoviste. Il est essentiel qu’il puisse en faire, à tête reposée et à son rythme, une relecture complète, une analyse critique, confrontant honnêtement les points sensibles à la Parole de Dieu. Vous pouvez lui conseiller des ouvrages qui l’aideront (2). 

      Cette investigation est importante, car tant qu’il n’aura pas perçu les aberrations de cette doctrine, il continuera à croire que son départ était une erreur et son combat intérieur restera douloureux.

  • Sur le long terme, il aura besoin d’aide pour :

    • Reconstruire sa personnalité. Il va devoir renouer avec son être profond pour retrouver son identité propre. Il lui faudra élaborer de nouveaux repères ; construire un nouveau système de valeur qui lui soit personnel et réfléchi et non en opposition systématique à la doctrine des T.J. ou calquée sur un autre stéréotype. Il apprendra à retrouver le chemin de son cœur qu’il avait appris à blinder ; à réhabiliter ses sentiments, exprimer ses émotions. Il lui faudra entreprendre un long travail de déculpabilisation et retrouver confiance en soi, dépasser la rancune et la honte de s’être laissé berner.

      Pour une réconciliation avec lui-même, il faudra l’aider à libérer et exercer sa réflexion personnelle et son jugement, à se réapproprier sa conscience. Il redécouvrira le sens de la nuance, du cheminement, de la complexité de la réalité, pour sortir de la vision manichéenne qu’il avait du monde. Il réapprendra la liberté de penser, de s’informer objectivement. Il devra reconstruire une vie intellectuelle saine basée sur l’investigation, l’analyse, la déduction logique, l’initiative.

    • Redécouvrir la vie intérieure. L’ex-T.J. sort d’une expérience qu’il qualifiait de “spirituelle” qui l’a épuisé et déçu. Il est a priori réfractaire à de nouvelles propositions de pratique religieuse.

      Cependant, s’il a beaucoup parlé de Jéhovah, toute rencontre personnelle avec lui était impensable. Demeure en lui une soif latente, d’autant plus que sa fréquentation de la Bible a rendu réel son attachement à la Parole de Dieu.

      Il gagnera à chercher une vie spirituelle vécue en profondeur dans la gratuité et la liberté intérieure. C’est là, dans la rencontre qu’il fera du Dieu vivant, qu’il trouvera le point d’appui nécessaire à sa reconstruction. Cela supposera plusieurs conversions : il découvrira le privilège formidable d’être fils autant que Témoin ; il passera de la certitude qui se prouve à la foi en une Personne à laquelle on adhère par amour ; il changera son regard sur la Bible : plutôt que de constituer un arsenal de preuves au service d’idées à défendre, elle lui apparaîtra comme une Parole vivante qui se suffit à elle même ; il découvrira que l’accès au salut est gratuit, et ne se paie pas par l’héroïsme d’un comportement, car il a déjà été donné par Jésus, pour chacun personnellement.

    • Retrouver sa place dans la société. Il est difficile de réintégrer une société qu’on a dénigrée pendant des années. Toute organisation, toute structure, toute réunion restent encore suspectes à ses yeux (les structures sociales et les religions sont toutes condamnées par Jéhovah) ; et de plus il ne veut pas prendre le risque de se fourvoyer à nouveau.

      Il faudra l’encourager à passer de la méfiance à la confiance. Cela ne pourra se faire qu’à travers des relations individuelles. Si vous l’aidez à découvrir le sens du beau, de la gratuité dans les gestes individuels autour de lui, de proche en proche, il comprendra que les personnes et les structures ne sont pas aussi corrompues qu’il croyait. Il devra appréhender le monde avec un nouveau regard pour se réconcilier avec lui. Il apprendra à aimer ceux qu’il avait appris à juger. Proposez lui, quand il y sera prêt, de s’engager dans une œuvre sociale porteuse de dynamisme et d’idéal. Il y trouvera une motivation et des matériaux pour sa reconstruction.

4 – Le rôle de l’entourage

L’assistance et le soutien que vous offrirez à votre proche ancien T.J. seront vitaux pour lui, à condition de rester vigilant aux conditions dans lesquelles vous les vivrez :

  • En équipe. Ne vous lancez pas seul dans une telle entreprise. Faites vous entourer, impliquez dans votre démarche des personnes sûres et équilibrées qui pourront vous relayer et compléter vos initiatives.
  • Dans la simplicité. Témoignez simplement du concret de votre quotidien. Ne cherchez pas à entrer dans de longues démonstrations mais indiquez simplement votre manière à vous de voir les choses. Invitez le à partager la joie toute simple d’être ensemble, de se détendre, et pourquoi pas… de s’amuser.
  • Dans le respect et la patience. L’ancien T.J. est une personne blessée. Restez respectueux de sa souffrance et de ses silences de ses angoisses ; évitez absolument les reproches. La route sera longue, il a besoin de temps pour comprendre ce qu’il a vécu et se réorienter. Ne vous impatientez pas face aux lenteurs et aux retours en arrière. Gardez confiance dans les moments de découragement.
  • Dans une qualité d’écoute. Il a besoin de beaucoup parler, de se confier, de partager ses interrogations, de déverser le tumulte intérieur. Sachez prendre du temps, être disponible pour l’écouter, sans chercher forcément à lui apporter des réponses immédiates.
  • Avec chaleur humaine et affection gratuite. Il en a manqué dans son passé jéhoviste ; c’est sur ce terrain que vous pourrez le rejoindre le plus facilement. Il pourra vraiment y prendre appui, votre délicatesse et votre tendresse seront un réel réconfort dans le découragement.
  • Avec des propositions concrètes. Il ne lui est pas facile d’aller chercher de l’aide, sachez la lui proposer en temps opportun, et de manière concrète : contacts avec des professionnels pour une assistance juridique ou sociale ; lectures de témoignages d’anciens T.J., d’ouvrages d’analyse de l’histoire des Témoins de Jéhovah et de leurs méthodes (3), éventuellement rencontres avec d’autres dans son cas ; rencontre de nouveaux amis pour la détente, les loisirs. Attention : certaines propositions bien que déterminantes, ne sont pas à faire trop tôt (elles sont condamnables dans la doctrine jéhoviste) : l’assistance d’un prêtre éclairé, le recours à une thérapie psychologique, la rencontre avec des groupes chrétiens authentiques et chaleureux (étude biblique, groupes de prière, communautés accueillantes).
  • Dans la prière. Priez et faites prier pour cette personne. Sa guérison est d’ordre psycho-spirituelle ; croyez que la grâce de Dieu peut agir là où humainement on pourrait capituler.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×